Production de cidre & vente - Caillouel

Les flux rss du siteImprimer la page

Ils témoignent en Circuits-courts & agritourime ...

Paul Caillouel innove avec Sicera

EXPERIENCE

Paul Caillouel n’était pas vraiment parti pour travailler dans le secteur agricole. Ingénieur en génie civil, le jeune homme travaillait pour Vinci Construction depuis un an et demi quand il est rentré précipitamment à la ferme familiale d’Eturqueraye pour aider son oncle à la production cidricole, son père étant malade.

Il est resté avec l’intention de s’installer prochainement. Il a suivi une formation au Robillard et s’est donné l’objectif de développer la production de cidre qui est une tradition dans la famille Caillouel.

« Mon arrière-grand-père, Guillaume, puis mon grand-père, Florentin, étaient des producteurs de pommes, de cidre et de calvados passionnés qui exposaient régulièrement à Paris. Mon grand-père a donné le nom Caillouel à une variété de pomme à cidre. C’est une variété douceamère qui existe encore dans nos vergers », explique le jeune homme.

La Caillouel s’est bien développée en Seine-Maritime et du côté d’Alençon jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Ensuite, la sélection s’est faite sur des variétés plus productives et petit à petit elle a disparu. Cela fait deux ans qu’elle est greffée sur l’exploitation et l’objectif de Paul est de faire un cidre 100 % Caillouel. Pour le moment, la variété est présente à hauteur de 20 % dans le cidre. La particularité du cidre est sa présentation dans des bouteilles en verre transparent et son étiquette qui donne l’image d’un produit moderne et raffiné. Dans la bouteille, le breuvage normand l’est aussi car Paul ne sélectionne que des variétés qui donnent un produit fin et léger. Il n’y a pas de pomme amère qui donne un cidre lourd et puissant.

« Mon objectif n’est pas de faire un cidre meilleur que les autres mais différent du cidre fermier plutôt astringent. Nos produits sont réunis sous la marque Sicera qui veut dire cidre en latin. Nous faisons du cidre sec, du cidre rosé et du jus de pomme pour le moment. Je reprends la production de calvados dès cette année et je vais faire des essais de cidre extra sec très typé car j’ai une demande de la part des amateurs. Je vais également essayer de refaire du poiré, c’est plus compliqué mais c’est un produit génial qui va se développer ».

Sicera, un cidre différent

Cette différence a plu puisque le cidre de la famille Caillouel a remporté une médaille d’argent au concours de Paris 2016.

« Pour une première production c’est très encourageant. Cela va nous aider à développer nos ventes. Pour faire connaître notre produit, j’organise des dégustations chez les cavistes. J’essaie d’avoir un discours très professionnel et de parler de mon produit avec le même discours que pour le vin. Nous vendons à des restaurateurs et des épiceries fines de Normandie et de Région Parisienne. En matière de communication, ce sont les industriels qui la dirigent aujourd’hui. Le problème est qu’ils ont un message dans lequel la consommation du cidre est essentiellement liée aux crêpes et aux galettes. Le cidre se marie très bien avec tous nos repas locaux, en passant par l’apéritif, les fruits de mer, le poisson, le fromage et les desserts… »

Dix hectares de pommiers hautes tiges qui ont 30 ans et 10 hectares de basses tiges plantés il y a 7 ans constituent le verger où la Caillouel côtoient la Binet Rouge, le Clos Renaud, le Judor, le Petit Jaune, la Douce Moen, le rouge Délice… Une fois installé, Paul souhaite passer en bio. Il a rejoint le conseil d’administration du syndicat « Normandie Terre de cidre » car il souhaite participer à redonner à ce produit une image jeune et dépoussiérée.

 

CATHERINE HENNEBERT

Avec l'aimable autorisation de l'Agriculteur normand