Transformation de lait & vente de viande de porcs - Simoën

Les flux rss du siteImprimer la page

Ils témoignent en Circuits-courts & agritourime ...

De père en fils

EXPERIENCE

David Simoën, installé depuis 2003 est l'un des quatre associés du GAEC de l'Étoile, basé à Courgeon (61). Le GAEC compte aujourd'hui 11 salariés, dont 6 rien que pour la transformation du lait et des porcs de la ferme. Zoom sur cette exploitation en circuit court depuis deux générations et qui connaît un fort succès.

Le GAEC de l'Étoile, c'est d'abord une histoire familiale. Créée en 1970 par trois frères, l'exploitation est désormais tenue par leurs fils : David, Marc et Xavier Simoën ainsi que Patrick Quesnel, un associé qui les a rejoints il y a quelques années.

L'exploitation est en polyculture élevage, compte 350 hectares de surfaces, 140 vaches laitières ainsi qu'un bâtiment de 180 truies. Ici, le lait est transformé à 80 % depuis 1987, et depuis 2004, les trois cousins se sont lancés dans la transformation des porcs. Aujourd'hui, les exploitants en transforment une dizaine par semaine.

Multiples points de vente

Les produits de l'exploitation se font connaître un peu partout dans le département, voire dans l’hexagone. « Nous avons toujours vendu à la ferme. Nous avons agrandi notre magasin en 2009. Mais, nous maintenons le marché de Mortagne-au- Perche qui marche très bien. Nous vendons également aux grandes surfaces. Les Parisiens sont très demandeurs de ce genre de produits. Nous avons une centaine de commandes que nous livrons tous les quinze jours en région parisienne. Certains nous sont fidèles depuis une dizaine d’années », se félicite David Simoën.

Le GAEC de l'Étoile passe également par l'application AGRILOCAL, qui permet de répondre aux offres des collectivités territoriales voulant s’approvisionner localement.

Une forte demande

Créé en 2009, le magasin rencontre un franc succès. « Nous constatons une demande de plus en plus forte. Les retours de nos clients sont très positifs et nous disposons d’une clientèle régulière. Nous remarquons que les consommateurs ont de plus en plus envie de savoir ce qu'ils mangent, ils nous posent des questions sur la façon dont nous produisons. Nous organisons d'ailleurs des portes ouverte régulièrement sur l'exploitation », explique David Simoën.

Spécialisé dans la transformation de lait et de porc, le magasin du GAEC n'est pas exclusivement composé de produits de l'exploitation. « Nous nous fournissons auprès de producteurs des alentours ».

Les prix proposés par les exploitants sont légèrement au-dessus de ceux des grandes surfaces, mais avec une qualité nettement supérieure. Au GAEC de l’Étoile, il faut compter 1,40 € pour quatre yaourts aromatisés, ou encore 15,70 € le kilo de filet mignon.

De bons résultats

L’activité du GAEC progresse significativement. « Le magasin réalise 3 000 euros de chiffre d'affaires par semaine. Sur le marché de Mortagneau- Perche, nous sommes à environ 2 000 euros par semaine, avec une progression de 5 % à 10 % par an. Nous tournons aux alentours de 80 000 euros de chiffre d'affaires par mois avec la vente de nos produits », déclare l'agriculteur.

Cette réussite repose essentiellement sur une bonne organisation. « Chacun a son poste bien défini. Moi, c'est la commercialisation des produits, et les trois autres associés s'occupent principalement de l'exploitation. S’il n'y avait pas eu la partie vente, je ne suis pas sûr que je me serais installé », annonce David Simoën. Évidemment, ces agriculteurs ne sont pas épargnés par la crise. « Le prix du porc est très bas, nous en transformons 500 chaque année, mais nous devons en vendre 4 500 autres. Nous avons aussi beaucoup de normes lourdes à respecter notamment la traçabilité et la transparence de nos produits ».

 

Estelle DÉSILLIÈRE

Avec l'aimable autorisation de l'Agriculteur normand